Adèll Nodé-Langlois – Antigone

« Mon oncle c’est le Roi, t’imagines la tragédie ! » Il faut de l’audace pour faire un solo de clown avec la tragédie de Sophocle, adaptée au 17e siècle par Jean de Rotrou ou au 20e par Jean Anouilh. Antigone est l’un des spectacles du 11e festival des clowns, des burlesques et des excentriques, organisé chaque année le Samovar, une école de référence dans l’art du clown. Formée au ballet, au clown, au théâtre, Adèll Nodé-Langlois est une comédienne accomplie. Sur la scène recouverte d’un cercle de terre noire qui pose un cadre antique, elle arrive un os à la main, face banche et nez rouge, remix contemporain du clown blanc et de l’auguste.

Antigone s’apprête à enterrer son frère Polynice à qui le roi Créon refuse de donner une sépulture. Pour avoir honoré la loi divine contre celle des hommes, elle est condamnée à mort. Ici, dégradation burlesque oblige, le personnage de tragédie est abordé de façon comique : Antigone raconte ses vacances à la plage, à l’époque où son père Œdipe mettait des lunettes de soleil, où elle s’étripait avec son frère, où sa sœur xse barbouillait de maquillage et de rouge à lèvres. Elle traîne sur scène un cercueil de bois, qu’elle recouvre d’inscriptions, « a toi mon frère Polynice » assorti d’une tête de mort, sur fond de rock allemand. Pour l’harmonie des contrastes, la comédienne ajoute à la peinture blanche du chocolat noir dont elle s’enduit le visage, les vêtements, le corps, à la manière d’un enfant excité par une nouvelle expérience.

Après une première partie contenue, le talent de la comédienne se révèle lorsqu’elle évoque les sentiments contradictoires qui se sont emparés d’elle quand son cousin Hémon, le fil du Roi Créon, l’a demandée en mariage. Son spectacle prend alors une tournure expérimentale et enlevée, où ses trouvailles clownesques et le recours à des ustensiles semblent parfois motivés par le récit, parfois simplement ajoutés, comme lorsqu’elle joue avec la tige métallique de son tabouret pour faire un volant sur le cercueil. Mais sa folle entreprise, Adèll Nodé-Langlois la mène avec brio, servie par l’étonnante expressivité de son corps, de son visage.

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*