La Grand’Messe de Merri

L’éducation catholique de Merri ne semble pas lui avoir réussi. Ou plutôt si, puisqu’elle lui a inspiré cette grand’messe diabolique et anticléricale. La lèvre supérieure pincée et l’air libidineux, Merri incarne un prêtre méphistophélique et pédophile avec la folie des Monthy Pythons. Le jeu, électrique, se nourrit de tics torturés et d’une foule de névroses, le débit précipité mais précis sert une phrase alambiquée qui fait mouche. Merri est atteint mais c’est lui qui traite les spectateurs de malades – un public ensorcelé qu’il insulte, menace et implique dans ses jeux pervers. Alors que prospère dans les one-man-shows une provocation convenue, on ne se plaindra pas de trouver en Merri un vrai comique iconoclaste.

DANS LA MÊME RUBRIQUE

One Comment

  1. VERRANDO THIERRY says:

    Merci pour cet excellent spectacle pleins d’humour et d’ironie .nous avons passe un moment super entre la messe et panique au ministere nous avons passe un moment inoubliable.Continuez a venir a nice
    genial
    LUCIE ET THIERRY

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*