Pascal Vincent – Mais à part ça vous faites quoi dans la vie ?

Pas évident de se lancer dans un nouveau one-man après avoir connu la consécration des Robins et vu certains de ses ex-potes comme Marina Foïs, Jean-Paul Rouve ou PEF réussir au cinéma. D’origine suisse, Pascal Vincent nous sert la petite référence inaugurale chère à Frédéric Recrosio ou Charlotte Gabris. Après « En attendant l’Olympia » en 1996, il présente un second one-man-show aux résonances absurdes, où il affecte une diction de comédien, loin des codes d’un stand-up à la recherche de spontanéité.

Le titre du spectacle reprend une remarque souvent faite aux comédiens, comme L’oiseau bleu à Luigi Prizotti : « mais à part ça vous faites quoi dans la vie ? ». Dans une intro sur le théâtre, Pascal Vincent explique la différence entre le public et la scène, demande à son régisseur de supprimer les noirs entre les sketchs et disserte sur les catégories de rires en enregistrant celui d’une spectatrice, qu’il repassera à la fin du show : original… Suivent alors des sketchs évoquant une solitude et un mal-être dont on se demande s’ils reflètent la vie du comédien. Un type à l’hypermarché tourne en rond avec son caddy, en passant devant une fille-sandwiche qui distribue des gâteaux et semble l’ignorer, petit drame personnel qui aurait fait un bon sujet de nouvelle. Entre l’oraison funèbre du curé, classique comique jamais si bien incarné que par Merri et la mission « popo » en avion pendant une zone de turbulence, on apprécie le sketch du gars esseulé prêt à offrir un rein à son seul compagnon pourtant en forme !

Le problème, c’est que Pascal Vincent, malgré son sens de l’absurde et une écriture parfois inspirée, rame sans jamais trouver de rythme, avant de finir par une chanson au ukulélé qui arrive comme un cheveu sur la soupe.

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*