Pierre Diot – 2016-2066

« Allo c’est Babin, je peux parler au chirurgien ? » Pierre Diot introduit son nouveau spectacle avec un sketch de Définitivement allumé où un spéléologue intra-utérin explore le corps d’une femme. A ceci près que celui-ci s’insère dans un show futuriste à la Total Recall, avec une scénographie de lasers rouges et voix électroniques inspirée par La Borne, la série web qu’il a écrite. Le comédien nous transporte en 2066, dans un monde lobotomisé par les machines où l’amour et la fête ne sont plus. Face à un public fait « pôle plein emploi », il revient sur ses 40 ans d’existence.

Enfant, une spécialiste machiavélique veut lui amputer le cerveau, mais il gardera ses rêves, ses désirs qu’il exalte, plus loin, en récitant avec emphase un passage célèbre de Cyrano. Mireille Dumas analyse son prétendu mal-être dans un jardon gélatino-freudien, tandis qu’un gendarme à l’accent du sud rapporte le massacre du chaperon rouge par le loup. Adulte, le voici gardien de zoo s’adressant aux spectateurs comme à des animaux dénaturés : Pierre Diot fait alors jouer le public sans l’agresser ni le faire monter sur scène, chose rare dans le one-man-show.

Quelques sketchs du précédent show sont aussi repris et adaptés, la preuve scientifique de l’existence du Père-Noël ou ce clown d’anniversaire qui gère des mini-chefs d’état, un petit Nicolas hyperactif au milieu d’Angela, Barak et Vladimir. Enfin, le comédien conserve son running gag, en citant dans chacun des sketchs le « festival du jeune cinéma africain de Livry-Gargan ».

Avec de vraies qualités de jeu et une écriture ménageant toujours des surprises, Pierre Diot fait passer un message de liberté qui n’enlève rien au comique. Et il invente peut-être un nouveau genre : le one-man-show SF !

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*