Radi – il se cherche

Radi à la Main d’Or, c’est deux spectacles en un. D’abord, en vedette américaine, l’im­probable et folklorique Black Pimp Thomas (alias Thomas N’Gijol encore inconnu), caricature de mac 70’s à la voix fluette. Son irruption sur scène fait forte impression, man­teau de fourrure à motifs dalmatiens, chapeau, lunettes de soleil, cigare et verre de cognac. Éclat de rire général lorsqu’il s’éponge la tête avec un string rouge. Ensuite, Radi et son histoire drôle et émouvante. L’enfance à Armentières, près de Lille, avec une mère sévère qui lui envoyait des « sandales à tête cher­cheuse ». Puis l’arrivée à Paris qui lui permet de poser son regard de visiteur ingénu, façon Lettres persanes, sur une capitale où les habitants souffrent de « pressoïde » et de « gueulosoïde ».

DANS LA MÊME RUBRIQUE

One Comment

  1. I do not know if it’s just me or if perhaps everybody else encountering issues with your
    blog. It appears as if some of the written text
    in your posts are running off the screen. Can someone else please
    comment and let me know if this is happening to them too?

    This may be a problem with my browser because I’ve had this happen previously.
    Appreciate it

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*