Claire PJ, Miroir, mon beau miroir

    Notre rencontre advint si tard :
    Apartés, vagues de feeling
    déferlantes, depuis ton regard.
    Rendez-vous pris pour un running
    qui mélangea nos trajectoires,
    Les infléchit.

    Vingt-et-un juin, fondirent mes ailes
    à l’équinoxe de ton printemps.
    Suspendue après cette échelle
    de piscine de tes sentiments.
    Avais-je envie de te revoir ?
    J’y réfléchis.

    Le lendemain, je te revis,
    nous abordâmes en bord de Loue.
    Deux amoureux brûlant la vie
    Dessus la grève, en bord de nous
    Attrapant nos rêves, nos histoires
    Sans réfléchir.

    Dans le flot de tes aphorismes,
    je surfai ta bouillonnante âme
    Vive intelligence et altruisme
    Homme cérébral, un fantasme.
    J’eus même du mal à y croire :
    Il réfléchit.

    Goutte à goutte, tu gagnas ma vie
    Et sirène, je plongeai au fond
    de l’océan de tes envies.
    D’amant naquit le compagnon.
    La naissance d’une belle histoire ?
    À réfléchir.

    Car l’oasis devint mirage
    Évanescente source de joie…
    Tout ce que j’avais cru en toi
    n’était en fait que mon image.
    Car tu es comme le miroir :
    Tu réfléchis.

    Tel un Narcisse privé d’égo,
    sur l’étendue lisse de l’onde
    tu m’as renvoyé en écho
    le reflet de mon propre monde.
    Le comprendre fut ma victoire
    Je m’affranchis

    * * *

    Ce texte fait partie des 37 poèmes reçus mercredi 15 avril 2020, lors de la deuxième scène confinée du Chat Noir. Retrouvez les autres dans ce compte-rendu.

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.