Arnaud Aymard – Canoan épisode 2 : la cité des Amazones

Le contenu, la forme, la diffusion : à tous égards, les shows d’Arnaud Aymard se moquent des lois du marketing. Au lieu de dire chaque soir le même texte au même endroit, comme la plupart des stand-upers, Arnaud Aymard joue une fois par mois un spectacle nouveau : la saga Canoan, une épopée parodique façon Conan le Barbare dont il prévoit neuf épisodes cette année. Rien de vendeur dans ce projet dont les qualités même peuvent devenir des défauts : des dialogues fleuves de personnages multiples interprétés par le seul comédien. Bref, ce spectacle a quelque chose de l’utopie, à l’image de l’Oiseau bleu qui durait 2h15, ou des FMR de François Rollin, qui en 2005 offraient chaque mois une nouvelle performance à l’Européen.

Après avoir affronté le roi Vommir, Canoan s’aventure dans la cité des Amazones, des héroïnes aux noms toujours plus invraisemblables, Macédoine, Phrygia ou Méthadone dont le « vase est magnifiquement ébréché ». Difficile de se tenir coi au milieu de ces voluptueuses guerrières qui s’entraînent à saisir des pommes au vol entre leurs dents. Canoan explore aussi les fonds marins et rencontre sur la plage des crabes qui parlent un idiome aujourd’hui disparu : le mollusque ancien.

Les 20 premières minutes sont les mêmes que dans le premier épisode : débarqué sur scène, le « comédien céleste » qui n’apparaît que tous les 150 ans délivre aux spectateurs un message holographique et les invite à se mettre en « sommeil bêta » ; puis surgissent les enfants Apollon et Hermès, « fils de Juton », qui s’apprêtent à mater le show en mâchant des chips et des bonbons que l’acteur fait passer au public. L’heure suivante est dévolue aux nouvelles aventures du guerrier à la perruque serpillière qui balance des gingles en direct depuis sa petite machine.

L’ancien prof de physique s’amuse toujours à inventer des néologismes teintés de pseudo science et de délire mythologique, improvisant en direct quelques nouveaux barbarismes. Le comédien a beau déployer avec éclat son imagination foisonnante, la multiplication des dialogues finit par créer un roulis monotone, la parodie de ratage risquant à la longue de déteindre sur le show lui-même. Mais ce bordel organisé finit par gagner le public, lorsqu’à la fin le comédien déclenche une vraie bousculade dans la salle… Impensable dans un show traditionnel.

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

trois × 2 =