Laurent Spielvogel – Les bijoux de famille

Il n’est pas rare qu’un comédien reconnu au cinéma ou dans un répertoire théâtral classique soit pris par l’envie de se lancer seul en scène. Parmi eux, certains sont gays et jouent de cette identité pour décrire des parcours où la mère joue un rôle important, comme, dans un style assez voisin, Laurent Gérard, Guillaume Gallienne ou, en parodie de diva de music hall, Michel Fau.

Si l’on retrouve les clichés habituels du milieu homo, avec une fascination pour les robes longues et les tuniques, Laurent Spielvogel est avant tout juif. Obligé d’aller aux cérémonies religieuses, à la synagogue, tenu à faire sa bar mitzvah, il nous dépeint avec panache une mère possessive et jalouse qui, au fond, refuse l’idée qu’il puisse un jour se marier à une femme, fût-elle juive, un père grognon, une grand-mère attachante à l’accent à couper au couteau, ou ce rabbin prosélyte qui lui crache au visage des graines de tournesol… Bref, une traditionnelle galerie de portraits, certes bien joués, mais d’une facture vraiment très traditionnelle.

Laurent Spielvogel nous raconte donc une vie qui, si elle n’est pas extraordinaire, est portée par un talent de jeu et de narration qui amusent ou distraient, de l’enfance où il se plait à défiler dans la garde-robe de sa grand-mère du Marais jusqu’aux backrooms voisins où il croise ce vieux mondain pédant qui place des velours entre chaque mot. Sans oublier ce troisième domaine essentiel, son métier de comédien qu’il évoque entre castings et répétitions…

Durant une heure vingt, le comédien présente un spectacle autocentré, très classique et finalement peu long. En d’autres termes, le seul en scène dans toute sa splendeur !

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

onze − 8 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.