Amour sur place ou à emporter

Après s’être fait un nom dans le Jamel Comedy Club, Amelle Chahbi et Noom s’attaquent à un nouveau genre : le « street boulevard » ou « comédie funky romantique » ! Sans le côté figé du boulevard, les comédiens gardent une spontanéité stand-up qui accroche le public. Un gars et une fille que tout oppose se rencontrent sur facebook : Noom est radin, vit chez ses parents dans le 93 et taffe au McDo ; Amelle est indépendante, parisienne et romantique. Dès le début s’affrontent leurs points de vue dans une chanson où ils clament en écho : « j’ai rencontré un mec sérieux / une meuf trop bonne », « j’ai regardé ses yeux / son boule », « plus besoin d’aller sur Meetic / sur youporn ».

On assiste aux phases successives de leur relation : dîner à l’Hippopotamus, cinéma, soirée en boite où chacun surveille l’autre et tape sa danse la plus stylée. Lorsqu’un soir Noom s’absente, Amelle, inquiète et jalouse, lui laisse des messages de plus en plus violents. Le clash entre l’hargneuse « Berbère des montagnes » et l’étalon un peu lâche trouve son apogée dans un duel de « ta mère » entre Noirs et Arabes à base de « Ta mère derrière son grillage, c’est comme derrière le parloir » ou « Ma mère au moins elle est pas excisée ! », un R’n’B lancinant contre un zouk porno mènant à une apothéose symphonique. A la suite d’Obispo et Michaël Youn, le duo pastiche aussi le clip de Diam’s et Vitaa sur un flagrant délit d’adultère.

Plus à l’aise sur scène que son partenaire à l’élocution parfois artificielle, Amelle interprète aussi, avec la fougue de Julie Ferrier, le pote de Noom, un p’tit gars vénère qui sort avec une Thaïlandaise rencontrée sur le net. Grâce à une mécanique bien huilée, des personnages sur-caractérisés et pas mal de clichés sur les Noirs et les Arabes, Amelle et Noom atteignent leur but : toucher un maximum de public !

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*