Daniella Coletta, Nous ne sommes pas seuls…

    Bisous cela s’organise. Heureusement que nous avons fait tant de voyages commence le temps du farniente donc du repos mérité sous le séquoia géant je médite telle une squaw. Je range et dérange je classe je ventile. J’aimerai voir passer les cigognes ces oiseaux de transhumance. Mes rimes sont changeantes car ce temps précieux nous accompagne. La nature nous dit merci paradoxe de vie. J’écris pour comprendre les nouvelles s’emballent et circulent vite. Dans ce monde agité je suis en quête de vérité et de spiritualité

    J’écris souvent j’évacue ce moment présent où nous sommes seuls et nombreux à la fois. Nous sommes unies dans cette planète terre. J’écris pour ne pas oublier pour rêver à ceux que j aime. Le partage n’est pas un vain mot il est une obligation la solidarité doit être internationale il y va de notre dignité d’homme. Je suis là vous êtes là j’en suis heureuse.

    Écriture automatique depuis quelque temps sensation sublime nous ne sommes pas seuls nous sommes nombreux.

    * * *

    Ce texte fait partie des 29 poèmes reçus mercredi 25 mars 2020, lors de la première scène confinée du Chat Noir. Retrouvez les autres dans le compte-rendu de cette restitution virtuelle.

    Leave a Reply

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *

    3 × cinq =

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.