Elise Rabia, Femme d’intérieur

    55 joutes, des mois et des semaines à l’intérieur. Rarement plus haut que l’autre les mots restent enfermés, ils télescopent et s’entrelacent sur les murs du salon, s’écrasent dans la chambre, restent en boule sur le paillasson.

    A la chasse, sur les champs de courses, il fait le plein de victuailles, il va il vient, son corps s’extériorise. Il occupe l’espace et le temps, parfois il a deux fois une heure pour vivre au présent.

    Élégante au nid, intérieure elle trie, ménage sa peine ou son ennui, ajoute du rose aux jours de pluie.

    Écho d’intérieur toutes les fenêtres sur cour, laissent échapper l’amour.

    Moi je sonde les fonds clairs et les eaux plus troubles. Je mets des mots sur mes couleurs et prend le large. Intérieure.

    Leave a Reply

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *

    3 + 14 =

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.