Eugenie Fasola, Les soirées

    Combler un vide à coup de verres bien remplis de bières bien trop lourdes pour avoir encore faim

    Combler un vide à coup de gorges déployées bien remplies de rire bien trop gras pour avoir encore faim

    Combler un vide par des pensées bien riches de légèreté pour enfin continuer de

    s‘attabler.

    Tous en vrac

    * * *

    Ce texte fait partie des 37 poèmes reçus mercredi 15 avril 2020, lors de la deuxième scène confinée du Chat Noir. Retrouvez les autres dans ce compte-rendu.

    Leave a Reply

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *

    dix-sept + 2 =

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.