Evan Armangau, Rêve d’ailleurs

    Ferme les yeux avec moi, on part
    Vers un endroit issu de souvenirs partagés
    Un paysage qu’on m’a décrit comme sacré
    Un paradis qui existe pourtant quelque part.

    Ferme les yeux avec moi, on part
    Vers cette terre aux contours floutés
    Comme dans un songe, les yeux à moitié fermés
    S’évapore soudain quand s’annonce le départ.

    Ferme les yeux avec moi, on part
    Vers cette nature sauvage et indomptée
    Sur laquelle se déverse une lumière pailletée
    Douce chaleur qui protège de ses rayons comme un dernier rempart.

    Scintillez mille reflets, dispersez-vous mes pensées
    Sur cette eau au courant apaisé
    Que des couleurs vives viennent caresser
    Entendez les sons de la forêt tropicale vous bercer.

    Ferme les yeux avec moi, on part.

    * * *

    Ce texte fait partie des 37 poèmes reçus mercredi 15 avril 2020, lors de la deuxième scène confinée du Chat Noir. Retrouvez les autres dans ce compte-rendu.

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.