Flavien Darasse, La Polynésie

    Je l’imagine sous un soleil chaud,
    Avec son étendue d’eau
    Caressant la peau.

    Un climat tropical,
    Très agréable,
    Jusqu’à donner des frissons,
    Avec ses deux saisons.

    Une mer transparente,
    Avec cette impression
    Que le ciel touche la mer.

    Poser les pieds sur le sable blanc et chaud ;
    De Bora-Bora ou de Maiao,
    Des Marquises ou de Tahiti,
    Entouré de bungalows sur pilotis ;

    Quelle douce sensation que de s’imaginer là-bas
    Avec en arrière-plan, un relief de montagnes.

    * * *

    Ce texte fait partie des 37 poèmes reçus mercredi 15 avril 2020, lors de la deuxième scène confinée du Chat Noir. Retrouvez les autres dans ce compte-rendu.

    Leave a Reply

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *

    8 − 7 =

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.