François Morel et Olivier Saladin – Bien des choses

Parmi les Deschiens, ridicules et attendrissants franchouillards, François Morel et Olivier Saladin forment un tandem toujours empêtré dans ses babillages, malentendus inextricables, altercations sans queue ni tête. C’est un autre registre qu’ils explorent ici, plus sensible, moins efficacement comique : occupés à lire des cartes postales de vacances écrites depuis Venise, Rio ou les plages françaises, ils incarnent deux familles qui trimballent partout leurs habitudes et leurs préjugés. Assis chacun de leur côté, les comédiens se rapprochent lors d’excellents jeux de scène où éclate leur complicité. Si le texte de François Morel n’est pas réellement extraordinaire, il est porté par deux acteurs qui savent se révéler très émouvants.

DANS LA MÊME RUBRIQUE

2 Comments

  1. Pingback: François Morel - La fin du monde est pour dimanche - CRITICOMIQUE

  2. Pingback: Mon cher Rémi de Julien Derôme, avec Robin Czarniak et Michela Orio - CRITICOMIQUE

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

4 − 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.