Isabelle Nicol, Confit-haïkus

    premier café
    le même silence
    et pourtant

    drôle de printemps –
    un sourire échangé
    avec les yeux

    queue leu leu
    devant la boulangerie
    l’envie de chanter

    bistrot fermé
    l’ombre d’un café
    entre les mains

    5 semaines de confinement
    la tignasse rebelle de mon fils

    cours en ligne
    à la recherche d’un nouveau souffle

    * * *

    parti trop vite
    les ombres s’allongent
    au soleil couchant

    retour au travail
    le bureau d’à côté
    est vide

    image de Isabelle Nicol pour la 2e scène virtuelle du chat noir

    image de Isabelle Nicol pour la 2e scène virtuelle du chat noir

    * * *

    Ce texte fait partie des 37 poèmes reçus mercredi 15 avril 2020, lors de la deuxième scène confinée du Chat Noir. Retrouvez les autres dans ce compte-rendu.

    Leave a Reply

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *

    13 + 16 =

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.