Karine Dubernet vous éclate

Les sketchs de Karine Dubernet fourmillent d’insultes, de jurons et, pour les prononcer, de têtes grimaçantes animées de mimiques d’exaspération souvent outrées. La comédienne apparaît en juste-au-corps moulant couleur chair : ridicule et osé, à l’image de son show. Avec emphase et un léger accent chantant, elle aborde des thèmes assez durs, à commencer par ce face à face explosif avec sa mère morte, qui précède l’enterrement de celle-ci auquel elle assiste sans la moindre décence.

Elle incarne aussi sa grand-mère du midi habillée tout en léopard, un Père Noël cynique qui méprise les enfants et, clou du spectacle, une chanteuse de cabaret déchue, gouailleuse animatrice d’hyper qui fredonne ses classiques d’une voix chevrotante et vulgos – un peu façon Michel Fau.

La comédienne a un vrai sens des ruptures, alternant silences et moments d’explosion, par exemple quand la petite fille assoupie se réveille en hurlant « Françoise Dolto » ! C’est provocateur, inattendu, passionné : une vraie découverte !

PS – Karine Dubernet est aussi l’auteur du Gang des Potiches, qu’elle joue au Gymnase avec deux autres comédiennes.

DANS LA MÊME RUBRIQUE

One Comment

  1. Pingback: Le 4e festival de la Nouvelle Seine, du 13 au 30 Septembre 2016 - CRITICOMIQUE

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

un × 2 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.