Lee-Carlo Barret-Dufourd, Perte d’amour

  • La Grande Vague de Kanagawa de Hokusai, Wikimedia Commons

Le beau de l’air que je respire, existe en moi ?
J’ai besoin d un nouveau souffle, ô Camille aide moi
A cause de tes larmes, je regrette chaque soir
Cette peine causée, gravée dans ma mémoire

Toutes mes pensées belliqueuses envers l’amour
Arborées d’un champ de bataille déliquescent
Les démons dévorant mon âme, je deviens sourd
A l’écoute de Lucifer, dans le néant

L’espoir ? La source de mon cœur en délivrance
J’évacue mes traumatismes mélancoliques
Je me convaincs d’une relation utopique
Ton visage me sert de Renaissance

Une vague d’émotion portée par un sourire
Ou sont tes lèvres ? Je recherche le tsunami
Au grand large breton, mer calme, cela empire
Voilà mes sentiments dans cette poésie

Ce poème fait partie des 23 contributions reçues mercredi 20 mai 2020, à l’occasion de la 3e scène confinée du Chat Noir (dont le compte-rendu est à lire ici).

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

1 + cinq =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.