Maria Dolores – La Passion selon Maria

Dans la salle du centre d’animation Jemmapes, c’est la première du nouveau show de Maria Dolores, à ce moment-là chroniqueuse dans l’émission matinale de France Inter. On retrouve ce personnage de cantatrice ridicule qu’on avait découvert avec les Chiche Capon au Samovar, ici dans une comédie musicale sur la vie du Christ mise en scène par Gwen Aduh. Une suite de tableaux burlesques où Maria ne cesse de porter sa croix – démontable – sur le dos. Ça commence d’ailleurs comme une apparition : celle de Maria Dolores en madone d’église baroque enveloppée d’un voile miroitant. Lorsqu’elle se dévêt, on découvre à sa taille un drap de bain orné d’un dauphin, caractéristique de sa posture toujours parodique. Au clavecin l’accompagne un jeune homme qui se révèle son fils, Jean-Christophe Déjean, excellent faire-valoir de la madone.

D’un bout à l’autre, la comédienne tient au plus près son ridicule personnage à l’accent espagnol. Entre des confidences sur ses aspirations déçues à mener un projet à grand budget et sa commisération à l’égard des spectateurs du centre d’animation, elle entonne de sa belle voix des chants lyriques, dramatiques ou rigolos, en particulier une parodie réussie de pop japonaise kitch en duo avec le pianiste. Petit à petit, ce tandem d’une mère possessive avec son rejeton vire au délire adultérin. Ainsi Maria fait jouer à son fils le rôle du Christ, en l’affublant d’un slip dont elle désigne au public l’inscription – Jésus en hébreux -, jusqu’à palper une raideur pénienne gênante. Elle enchaîne en catcheuse SM et ressort sa fourure de peau d’âne qu’on avait vue au Samovar.

Au détour d’anecdotes sur sa vie, Maria évoque son passage télé raté chez Ardisson. Un moment faible du show, où elle joue successivement son rôle et celui de l’animateur dans un dialogue un peu approximatif. Bon, on note aussi quelques problèmes avec ce micro serre-tête mal réglé. Mais on est ravi, dans cette première pleine de panache, de découvrir une nouvelle facette de la mythique Maria Dolorès

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

quatre × 3 =