Mathilde Menut, Tu m’avais pourtant promis…

    Tu m’avais pourtant promis un réel bonheur,
    Tu me comparait même à une fleur.
    Mais j’ai maintenant peur de toi et de tes yeux camomille,
    Ton regard me traverse le corps comme une longue aiguille.

    Au large de la mer, voulant changer d’air
    Je repense à toi, mon cœur t’as choisi.
    Je crois que je ne peux plus rien y faire.

    Je lutte, le temps est sage, mais moi je ne vis plus
    C’était si tendre de t’entendre.
    Je vais partir et te laisser mon amour en surplus
    Même si je sais que tu finiras par le vendre.

    J’ai mis mon cœur à l’essai
    Mais on m’a laissée
    Je crois bien que ça a foiré

    * * *

    Ce texte fait partie des 37 poèmes reçus mercredi 15 avril 2020, lors de la deuxième scène confinée du Chat Noir. Retrouvez les autres dans ce compte-rendu.

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.