Mélissa Fuentes, La Centrale

  • @ Sven Teschke

La blanche cylindrique d’une pompe à toxiques,
Dessine la silhouette d’une pin-up bucolique.
La transe des effluves, qu’elle a tant respiré
Gonfle le nuage en une large fumée.
Expire en souffles courts,
Percutants l’atmosphère,
Sur une corde tendue, puérile elle sautille,
En blessant l’univers de sa corolle acide,
Ses vapeurs funambules,
Encanaillent l’azur et toutes ses particules.
Le ciel chie dans la gorge de son enfant mort-né,
Qu’au fond de ses entrailles, elle sentie suffoquer.
Son sein s’est irradié,
Au creux de la Centrale,
Elle s’en est allée.
Un bain de monoxyde s’échappe lentement,
Du venin rutilant nécrose les étoiles
Recouvre avec ses bras le monde sous un voile.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

cinq × cinq =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.