Mériem Aït-Meddour, L’essentiel

    Assise entre quatre murs,
    J’entends que les temps sont durs.
    Durée indéterminée.
    Terminée la liberté?
    Netflix, endors notre ennui.
    Puis maison, mais on met son
    Téléphone en mode survie.
    Mais survie n’est pas sous-vie.
    Survie n’est pas vie sous-vide.
    Assise entre quatre murs,
    J’entends que les temps sont durs.
    Mais mon cœur, lui s’attendrit.
    J’ouvre les yeux sur la vie.
    L’essentiel est persistant.
    Réjouissant, aimant, comblant.
    Profitons de ces instants
    Pour plonger en
    L’essentiel.

    * * *

    Ce texte fait partie des 29 poèmes reçus mercredi 25 mars 2020, lors de la première scène confinée du Chat Noir. Retrouvez les autres dans le compte-rendu de cette restitution virtuelle.

    Leave a Reply

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *

    deux + quatorze =

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.