OdinO : l’orchestre pop symphonique de Sylvain Audinoski

« Ouvrons l’orchestre », proclame Sylvain Audinoski, qui a conçu ce spectacle pop symphonique avec le rockeur-violoncelliste Damien Jarry. Ce chef d’orchestre pianiste réunit 24 musiciens à Bobino pour rendre accessible la musique classique et montrer ses liens avec la pop, en jouant les partitions réarrangées avec son metteur en scène.

D’abord, le chef invite le public à rejoindre l’orchestre en chantant une marche harmonique, une technique de composition utilisée à l’époque baroque comme aujourd’hui. Ainsi, on voit ce qu’ont en commun un concerto baroque pour hautbois, « Les Feuilles mortes » et « I will survive ». Bien mis dans sa redingote à queue de pie, il interpelle le public qu’il fait chanter, battre des mains, jouer de la grosse caisse ou des cymbales.

Y a-t-il quelqu’un qui n’a jamais touché un instrument dans la salle ? Ce soir-là, une petite fille monte sur scène pour s’essayer au piano tandis que le chef confère à ses notes l’ampleur des harmonies correspondantes, avant que l’orchestre ne lui emboîte le pas. Et la voici devenue star de la soirée !

En 1h20, notre orchestre pop symphonique joue aussi bien « Smooth Criminal » de Michael Jackson que « We are the champions » de Queen, Claude François ou Led Zep, et montre que Prokoviev et les Daft Punk recourent aux mêmes procédés mélodiques. Une phase de battle oppose un violon classique et un violoncelle électrique, soutenus chacun par une partie des musiciens qui s’en donnent à cœur joie.

La mise en scène est ludique, effets de sons et lumières, tonnerre, fumées, robes de princesses. Bref, le chef et son orchestre vulgarisent la musique symphonique avec le même désir d’ouverture que les masterclass de Jean-François Zygel.

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

3 × quatre =