Raphaëlle Lavandier, Haïkus libres du confinement (suite)

    13.
    Le pollen embrume les carreaux
    La lumière traverse encore
    Et le fil oblique
    De la toile d’araignée

    14.
    Jour de grand vent
    J’ai attaché mes cheveux
    La bonne vieille maison respire
    Prête à s’envoler

    15.
    Grand ménage de printemps
    Courant d’air par les fenêtres
    Une brume de pollen arrive du dehors
    Fécondation

    16.
    Courte promenade
    Le regard des gens m’évite
    La flèche des oiseaux
    Sur le bleu du ciel

    17.
    Le temps a changé
    Nous restons à l’intérieur
    Le feu brûle encore
    Des nouvelles arrivent

    18.
    Une angoisse diffuse
    La tempête fait chanter les vitres des fenêtres
    Je me fais couler un bain
    Ravintsara et laurier noble

    19.
    Agitation médiatique
    Je fais quelques pas sur le carrelage froid
    Un bourdon se cogne
    Contre la fenêtre

    20.
    Noces nocturnes et réveil embrumé
    Nos voix se parlent à travers la cloison
    Je te raconte mes rêves
    Oubliés

    21.
    Légère dégradation du moral – dos bloqué
    Deux mésanges jouent
    Sur le tas de bois
    Sec

    22.
    Le concert des oiseaux
    Feuillages et branchages à l’encre de Chine
    Un chat pénètre
    Dans le domaine

    23.
    L’ombre du matin
    Souvenirs d’un sommeil troublé
    Je dessine mon corps
    Sur le mur blanc

    24.
    Le vide dans les rues
    Deux promeneurs s’évanouissent au loin
    Immobilité
    Et rêve de tempête

    25.
    Premier jour de pluie
    L’odeur de la terre par ma fenêtre
    Le cri de la mouette
    Dans le ciel gris

    26.
    Je ramasse des pommes de pin
    Tout est à brûler
    Les mémoires familiales s’envolent
    Dans les volutes de fumée

    27.
    Grande flambée dans le jardin
    Métaphore de la vie
    Au petit matin
    Un tas de cendres

    28.
    Tout est immobile
    À l’exception de ce qui se passe en moi
    Sur le tas de cendres
    Un mandala de fleurs

    Photo de Raphaëlle Lavandier pour la 2e scène de poésie virtuelle du Chat noir

    Photo de Raphaëlle Lavandier pour la 2e scène de poésie virtuelle du Chat noir

    * * *

    Ce texte fait partie des 37 poèmes reçus mercredi 15 avril 2020, lors de la deuxième scène confinée du Chat Noir. Retrouvez les autres dans ce compte-rendu. Il fait suite aux 12 premières haïkus constituant la contribution de la poétesse à la scène précédente.

    Leave a Reply

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *

    deux × 3 =

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.