Sandrine Dupin, Écrire pour saper le temps

    Écrire pour passer le temps
    Écrire pour saper ce temps
    Et rire
    Pour finement con
    Stater qu’il faut s’arrêter
    De se toucher
    Tous touchés nous sommes
    Tousse mais mets ta bouche dans le creux de ton coude
    Boude dans le creux de ta tête
    Où confinés comme des confettis compressés
    Les mots finiront par t’inspirer
    S’extirper dans une longue expiration
    Respire ce parfum d’expiation
    Faire plier la Chine Covid tu as tenté
    Nous faire courber l’échine pas la peine d’essayer
    Ta gravité me rend ma légèreté
    Anticorps, fêtons les corps un masque sur le nez
    Le SHA est là alors souris et danse
    Tendance à étirer les tendons plutôt que le temps dont on ne sait plus quoi faire
    Ma prescription
    Mets de l’air dans tes articulations pour que la circulation reste fluide
    Spirale ton rachis des cotillons dans les yeux
    Fais surfer tes omoplates sur les vagues de tes côtes
    Ondulation des hanches égale modulation des humeurs
    Écrire et danser
    Le temps est passé

    * * *

    Ce texte fait partie des 29 poèmes reçus mercredi 25 mars 2020, lors de la première scène confinée du Chat Noir. Retrouvez les autres dans le compte-rendu de cette restitution virtuelle.

    Leave a Reply

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *

    4 × deux =

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.