super comique - à ne pas manquer

Alex Lutz

Mise en scène Tom Dingler

En plus d’être acteur de cinéma, auteur et metteur en scène de Sylvie Joly ou des Grands Malades, Alex Lutz est l’un des humoristes actuels les plus brillants. Quelques années après son précédent one-man-show, le comédien en présente une version légèrement modifiée, avec toujours plus de prestance.

Entre des sketchs anciens - le chansonnier vieillard, la vendeuse idiote parfaitement caricaturée, l’acteur porno surbooké ou le directeur de casting méprisant -, on découvre ses petites confessions au public et quelques nouveaux sketchs : son régisseur tremblant perclus de tics, gentil mais incompétent, ou l’anecdote délirante sur le passé du théâtre Trévise, prétendue "salle des trêves". En évoquant son père qui l’emmenait avec lui, petit, lorsqu’il partait acheter ses clopes en voiture, Lutz révèle ce qui a changé depuis 20 ans dans l’éducation des enfants. Au détour de cette histoire banale, il nous mène là où l’on s’y attend le moins et c’est drôle ! De même, en brodant sur la difficulté de s’affirmer en tant que spectateur, le comédien développe une de ses idées originales et inattendues qui font la différence avec les shows comiques habituels.

Alex Lutz c’est aussi une performance : avec ou sans micro, il est excelle dans les voix, les expressions, les gestes. Ainsi, dans une parodie de sitcom américain, il cale chaque mouvement de tête sur la bande son, avec le même talent qu’Audrey Lamy qu’il a accompagnée dans un duo télé (voir vidéo). Le comédien androgyne aime toujours jouer les femmes, en particulier lorsqu’il traduit avec un troublant mimétisme le mal-être angoissé et nauséeux causé par un dérèglement hormonal... Ainsi Alex Lutz développe-t-il son style de dandy surréaliste et précieux, fasciné par ces noms de gare oniriques qu’égrène la voix du TER lorsqu’il part faire un gala en Bretagne. Une personnalité unique dans l’humour actuel, dont chaque phrase est une surprise... Comme cet incroyable final équestre !

Donner votre avis !

comments powered by Disqus