Dracula … mon histoire

  • D'Alan Committie et Gaétan Schmid, adaptation française et mise en scène de Nathalie Juvet. Avec Adriano Sinivia et Bernard Gabay.
  • Spectacle vu le 10 avril 2012 à

Tout le monde connaît Dracula, le personnage de Bram Stocker inspiré de la légende du prince roumain Vlad l’empaleur. C’est la version théâtrale du livre qu’interprètent ici deux comédiens familiers du chant lyrique et de la commedia dell’arte, Bernard Gabay et Adriano Sinivia. Annoncé comme une « conférence sur l’état du vampirisme au 21e siècle », c’est davantage une version cabaret du roman : Dracula expliqué en une heure par ses deux assistants, un peu à la façon, en théâtre de rue, de L’Histoire des Trois Mousquetaires racontée à deux en une demi-heure.

Ivan et Igor se présentent à la salle. Leur maître, attendu pour la conférence, ne viendra pas. Ils sont donc amenés à interpréter, à tour de rôle, tous les personnages de l’histoire. Tandis que le petit (Adriano Sinivia) fait des cabrioles, le gentleman précieux (Bernard Gabay) joue les rôles principaux, avec un goût particulier pour le jeune notaire Johnathan Harker, qui vient frapper à la porte du château de comte en Transylvanie. Brrrr, on tremble d’angoisse !

Pour un spectacle à la Huchette, où depuis 60 ans la même troupe joue La Cantatrice chauve et La Leçon de Ionesco, c’est moderne. Mais au regard de la scène comique actuelle, ces délires sur le mode maîtrisé du clown blanc et de l’auguste, entre un grand à l’élégance british narrant sérieusement l’histoire et un petit facétieux jamais à cours de gags, sonne un peu vieillot. Ce qui n’enlève rien à l’énergie des comédiens qui enchaînent aux pirouettes des effets spéciaux burlesques comparables à ceux du Tour du Monde en 80 jours et des 39 marches. IComique visuel, comique de situation, participation d’une jeune spectatrice, tout y est.

« Délire comique et sensuel » écrit la metteur en scène, soulignant la dimension équivoque de ces vampires assoiffés de sang et de chair, en appuyant le maniérisme homo d’Igor, à un moment hypnotisé par le regard d’Ivan. Mais le spectacle plait aussi aux enfants, poilés par ces mini tours de magie qui n’épatent plus trop leurs parents, le livre en feu ou le fauteuil qui fume. Bref, tout ça file à un tel rythme qu’on passe un moment très agréable.

DANS LA MÊME RUBRIQUE

One Comment

  1. Pingback: Horror par la Compgnie Stiching Pels - CRITICOMIQUE

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*