Kozhette, par le cirque Kozh

Avant que ça ne commence, les artistes indiquent que « Kozh production » assure le spectacle, répétant ce gimmick comme un gingle radio ou une litanie néolibérale. Voici réunis trois artistes du Cirque « Kozh » (« vieux » en breton) : un acrobate, Benoît Fauchier, un éclairagiste, Ronan Bernard, et un musicien, Yann Provost, autour de ce projet contemporain dont le titre est un clin d’œil aux Misérables. Le propos ? La critique d’une société post-industrielle où les travailleurs sont oppressés par des gardes-chiourme qui torturent avec bonne conscience.

Le spectacle Kozhette dévoile la mise en esclavage d’un pauvre athlète s’exténuant à tourner dans une roue Cyr brisée, un agrès mis au point dans l’atelier du Centre National des Arts du Cirque à la demande de Benoît Fauchier et qu’il appelle « spirale ». Pendant ce temps, un maître et un contremaître perchés sur des pilonnes évoquant des chaises de juge-arbitre comptent ses heures, vérifient son pointage, évaluent ses performances, égrainant des feuilles qu’ils tamponnent avec une frénésie cruelle. L’un joue de la guitare et de l’accordéon, créant une musique lancinante assistée par ordinateur, l’autre éclaire violemment sa proie.

Seul sur la piste, l’athlète-ouvrier en bave, il s’agite, tournoie, court, crache du feu, se brûle, jusqu’à ce que le contremaître lui balance un seau d’eau. Kozhette alors se dévêt pour essuyer le sol mouillé de ses haillons, ce qui crée un effet esthétique dans la réverbération de la lumière rasante dans les flaques d’eau, les éclaboussures. Certes il y a des trouvailles de scénographie, une vraie ambiance sonore, mais le jeu laisse à désirer, la parole surtout. C’est répétitif, sans doute à dessein, comme ces journées de travail éprouvantes, humiliantes, qui n’en finissent pas. Tout au long de la représentation, 45 minutes, le maître rappele que « Kozh production vous propose une autre solution » et réprimande sur un mode hurlé qui finit par s’enliser dans sa propre monotonie.

 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

dix-neuf + 7 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.