Wally – Le best on

Aveyronnais, Wally se décrit ironiquement comme un chanteur de chef lieu de canton, alors que son écriture ciselée a été saluée par la presse parisienne. Humoriste engagé, pote de la confédération paysanne de Bové, il propose au théâtre du Funambule un spectacle au chapeau (3 euros à l’entrée, ce que vous voulez à la sortie), le « best on » de ses 4 précédents one-man-show. Incarnation rurale de la Chanson du dimanche ou de Redouanne Harjane avec qui il partage le goût de l’aphorisme musical, il incarne depuis 15 ans ce que la chanson comique fait de mieux. Son concept : des textes intelligents, très courts (c’est la « chanson courte ») et quelques scats qu’il enchaîne sur des rifs blues et folk avec une facilité virtuose, sans donner l’impression de la jouer musicos – bien qu’il ait sorti trois disques chez Boucherie Productions et arpenté les festivals en solo ou avec son groupe Wally & Freddy.

T. shirt blanc rayé de brelles noires, ce barbu qui a perdu récemment 40 kilos alterne pendant une grosse heure les phases stand-up et musicales, notamment sa spécialité, la version chantée du courrier des lecteurs de Téléstar, ainsi que quelques slogans de manifs spirituels, comme Yves Cusset. Il fait passer des messages sans lourdeur, balance des vannes sur Sarko, demande à ceux qui ont voté pour lui ce que ça leur fait de gagner plus. Initiateur du ludique « art content pour rien », à ne pas confondre avec « l’art comptant pour rien » repris par Gad Elmaleh, il invente des objets comme la machine à se tourner les pouces ou le paillasson en poils inusables. Vif, spirituel, d’une bonne humeur communicative, Wally vous prépare un début de soirée montmartroise à la bonne franquette.

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*