Issa Doumbia – Première consultation

Quelle déception que le show d’Issa Doumbia, animateur TV formé au Déclic Théâtre de Papy à Trappes comme Jamel ou Alban Ivanov avec qui il a présenté une émission sur Cap 24 et Canal Street. Déception parce que le comédien a du talent, mais qu’il se repose sur ses lauriers de star vue à la TV (Nos chers voisins ou Touche par à mon Poste par exemple). Comme Arthur qui jouait aussi la Cigale, Issa Doumbia fait un show d’animateur télé, uniquement basé sur le soutien du public, une armée de fans transformés en automates sommés de se lever, de se rasseoir, ou de garder le bras levé dans un gigantesque jeu de Qui est-ce ? qui rappelle le dernier show de Kheiron.

Issa Doumbia a un besoin d’affection extraordinaire : il passe son temps à demander des ovations, des cris et des tonnerres d’applaudissement, sans raison, au milieu de son spectacle. En guise de transitions, une bande son saturée balance de courtes vannes coupées par des scratchs. Heureusement il y a une vraie mise en scène, un son et lumière avec des ombres chinoises, grâce aux draps blancs en fond de scène où se meuvent deux infirmières.

Oui, car dans Première consultation, référence au premier album de Doc Gyneco, Issa Doumbia est pensionnaire d’un hôpital psychiatrique et porte la camisole de force. Dès le début, il entame un petit tour de salle en faisant exprès de faire se lever une rangée de spectateurs qu’il interroge et dont il jauge la carrure. A l’aise en impro, il vanne son public, organise des confrontations entre spectateurs et on se marre !

Pourtant, mises à part ces interventions bien senties, il n’y a pas grand-chose, trois ou quatre sketchs un peu clichés sur plus d’une heure et demie. Nombreux sont les spectateurs amenés jouer un rôle, et heureusement ils sont bons, comme ce soir-là Michel qui anime le sketch de l’auto école, où le comédien lui demande de reproduire tous les gestes adéquats. Soit une mise en situation à la façon des exercices de théâtre… Bref, Issa Doumbia propose un atelier impro géant plutôt qu’un spectacle à proprement parler !

En première partie, Augustin Petit alias Gus le magicien assure avec bonne humeur et talent. Auteur d’une Ted conférence sur les choix de l’attention, il suscite des oh d’admiration avec des tours de prestidigitation parfaitement effectués.

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

16 − 8 =