Le fauteuil, une histoire improvisée par la troupe Smoking Sofa

Les vendredis et samedis soirs, dans une pittoresque impasse donnant sur la rue de la Folie-Méricourt, Le fauteuil remplit la petite salle de la Folie théâtre avec un certain succès. Dans cette histoire d’1h25 évitant la plupart des écueils de l’impro, c’est-à-dire des scènes qu’on voit venir et des allusions bateau à la culture télé, on découvre des improvisateurs alertes et intelligents qui donnent de la consistance à la trame de leurs histoires.

Respirant l’air du temps, les Smoking Sofa sont une troupe de comédiens aguerris influencés par les Eux. Comme leurs aînés, ils apportent un air de technicité à l’impro, avec des formes spécifiquement importées de Chicago, et revendiquent l’influence croisée de Keith Johnstone et Christopher Vogler. Ils ont opté pour un format long, de sorte que le spectacle ne repose pas, comme on en a l’habitude, sur une succession de performances ou des dispositifs complexes, mais il raconte une seule histoire, en déroulant un fil qui nous tient du début à la fin. Résultat : un spectacle plus cohérent mais moins interactif que les shows d’impro classiques.

Le fauteuil auquel le titre fait référence est celui où s’assied le maître du jeu, ce soir-là Muriel Ekovich campant une narratrice de 12 ans, espiègle et intelligente, qui modifie parfois la trajectoire de l’histoire. Sur scène sont réunis trois comédiens et un pianiste si efficace et discret qu’on l’oublie, Matthieu Laissy. Jonathan Chaboissier, très à l’aise et éloquent, rebondit sur de nouvelles micro-histoires et ajoute des détails. Meng Wang joue de sa présence charismatique mais plutôt silencieuse et Sophie Brossard interprète une directrice RH avec une discrète subtilité. Quant à Romain Abasq, tiré à quatre épingles, il était venu spécialement de Brest, la troupe invitant chaque fois un intervenant extérieur.

Au début, arrêt sur image des comédiens immobiles. Focalisant sur l’un d’entre eux, la meneuse de troupe demande à la salle ce qu’il est en train de faire, puis quel est son métier. La première scène, une visite dans un grand magasin, permettra de tisser une trame autour de trois associés qui créent une entreprise à New York, amenés à se séparer suite à une histoire d’amour. Evidemment, vous assisterez à une toute autre histoire si vous allez les voir…

 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

3 × 4 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.