Le Journal d’une Femme de Chambre d’Octave Mirbeau, avec Virginie Mopin

A travers ce roman de la fin du 19e siècle qui n’a pas pris une ride, très souvent adapté au théâtre et au cinéma, Octave Mirbeau se met dans la peau d’une femme de chambre qui décide de dévoiler les dessous sales de la bourgeoisie qu’elle observe du trou de la serrure. Soumission, humiliation, mesquinerie, rien ne nous est épargné des bassesses de ces petits notables plus vils que des canailles. On est tout autant conquis par la mise en scène minimaliste de William Malatrat que par le jeu de Virginie Mopin, séduisante et précise, sensuelle et cassante, qui manque néanmoins de naturel lorsqu’elle interprète certains personnages subalternes. Reste qu’on est pris par cette confession cinglante du début à la fin.

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

9 + 6 =