Romance sauvage, par la Cie des Epis Noirs

Compagnie de référence dans le théâtre musical, les Épis noirs fêtent leurs 25 ans en lançant au Lucernaire Romance sauvage. Un spectacle bien différent de leurs créations habituelles, foutraques et échevelées, genre Dom Juan ou Andromaque revus façon cabaret, ou bien Flonflon qu’ils continuent à jouer avec succès. Peut-être cela fonctionne-t-il mieux quand Pierre Lericq s’entoure d’une troupe nombreuse et qu’il s’appuie sur un mythe ou une œuvre existante, plutôt qu’en brodant sur sa vie sentimentale une romance certes sauvage, mais à l’eau de rose.

Manon Andersen et Pierre Lericq racontent l’histoire de leur couple, avec ses passages obligés – rencontre, disputes, tromperies, réconciliation -, qu’ils entrecoupent de morceaux à la guitare et au gros tambour. Boumboumboum, les acteurs semblent des enfants qui exultent et crient leur existence au monde, dans une débâcle de sentiments un peu excessive. Dans le genre couple dévoilant leur histoire sur scène, on avait vu les shows comiques de Lallemand et Delille ou des ToiZeMoi. Ici, il y a en outre des chansons à visée poétique ou des monologues grandiloquents.

On regrette la troupe avec son tempérament fougueux, en découvrant cette confession amoureuse qui se déroule sans surprendre. Tout est souligné, accentué, comme la diction de Pierre Lericq ou les danses de Manon Andersen qui sont pourtant, l’un et l’autre, de bons comédiens.

L’inspiration clown ou commedia del arte, qui fait la marque de fabrique des Épis noirs, se dissout ici dans les clichés romantiques et un comique de répétition lourdingue, lorsque Manon Andersen pousse toujours le même cri ou que Pierre Lericq se regarde jouer avec les mots, usant d’antanaclases avec fierté : « Regardez, j’ai employé le même terme dans deux sens différents ! »

La démarche est peut-être teintée d’autodérision, mais on la perçoit mal dans cet enchaînement de morceaux de bravoure narcissiques et appuyés. L’oscillation entre lyrisme et burlesque fonctionne mal, car le lyrisme est très sérieux et le burlesque bien lourd. Dommage…

 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

9 + 6 =