Ben – Il a beaucoup pleuvu au Lucernaire

Ben fait partie des artistes les plus singuliers de la scène comique française, et ce depuis ses débuts en 2005, lorsqu’il jouait son premier spectacle dans les petites salles du Marais. C’est son troisième seul-en-scène qu’il présente au Lucernaire, après le second, Ecoresponsable, et un spectacle en duo aperçu à l’académie Alphonse Allais en compagnie d’Arnaud Tsamere, avec qui il avait jadis fait des sketchs et des chroniques TV.

Dès que le comédien entre en scène, on est frappé par sa prestance, une posture élégante et détachée associée à une diction précise, calme, qui souligne d’autant mieux le contraste lors de ses brusques sautes d’humeur qui font sursauter les spectateurs.

A 42 ans, c’est un double de lui-même sans ambition et râleur que Ben donne à voir – un double qui ne lui ressemble pas vraiment. Ce Français moyen, contemporain de Jean Castex, aspire à manger tranquille et préfère dormir seul plutôt que de coucher avec deux filles, comme il en rêvait à 20 ans. Son plus grand plaisir : se plaindre, à l’image de tout citoyen râleur, avec ses deux enfants et son chat. Un figurant idéal en cette période de confinement qui lui apparait comme une « fin du monde avec un budget France 3 ».

L’important dans tout ça, au fond, c’est la façon qu’il a de nous balader sans qu’on ne sache jamais où sa parole nous mène, en prenant toujours des directions absurdes et inattendues. Si le spectacle est si original, c’est du seul fait d’une présence et d’une parole singulières, à contre courant du stand-up actuel – et à l’image de ce que dévoile un texte de présentation et un teaser aussi suggestifs que volontairement évasifs.

 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

trois + 3 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.