Dégénérés – cabaret d’horreur avec Nikko Dogz et Fabrice Adamczak

Après s’être forgé une réputation d’humoriste trash dans la lignée de Dupontel, Poelvoorde et Django Edwards, Nicolas Reynaud, aka Nico Dogz, s’entoure d’une petite troupe pour un cabaret de l’horreur à la Comédie République. Il a commencé avec son duo Zeu Dogz, en compagnie de Fabio Avon rencontré dans la bande du Carré blanc en 1998, l’année de Denis Maréchal, Maxime ou Fabrice Blin, juste après Jean Dujardin… Donc voici les Dégénérés, un music hall façon thriller animé par un crooner croque-mitaine (Nikko Dogz), un vampire magicien et rappeur (Fabrice Adamczak, ancien du duo Adamczak & Bostelli), une zombie danseuse (Morgane Lavoine) et un transformiste (Mikael Scalia plus en retrait).

Après le one-man-show de Jonathan Lambert ou ce Dracula à la Huchette, les Dégénérés renouvellent le remix entre humour et horreur. Avec, en outre, une touche de magie décalée façon Eric Antoine, d’ailleurs conseiller sur ce show ! Nicolas Reynaud et Fabrice Adamczac, rencontrés au Fieald, forment le parfait tandem de l’auguste et du clown blanc. L’humour noir, potache et scato de Nikko Dogz – allusions au petit Grégory ou ventriloque fistant sa marionnette humaine – déteint sur son collègue vampire qui a dans le fondement un sextoy contrôlable à distance façon le Déclic. Comme chez Manara, d’ailleurs, la danseuse zombie est manipulée pour devenir une bimbo soumise.

Le show s’étire parfois dans des passages qui semblent perdre le fil, sauf quand fonctionne le duo Reynaud-Adamczak, les jeux de mots de l’un complétant les performances gutturales de l’autre. On retrouve des classiques du clown, comme le réglage de la hauteur du micro, tandis que se répètent les chansons du crooner décalé. Mais outre que la troupe se risque sur un terrain très peu défriché, elle parvient à créer une atmosphère originale. De la danse, de la magie, des imitations ratées… Au sein de ce cabaret fourre-tout se dessine la personnalité des Dégénérés, bordélique et attachante.

NB : La mise en scène est signée Alain Degois, dit « Papy », le découvreur de Jamel et directeur de la compagnie Déclic Théâtre à Trappes. D’ailleurs, les Trappistes sont nombreux dans le comique, Jamel, Eric Judor, les Joyeux urbains, Omar Sy, Sophia Aram, Arnaud Tsamère, Alban Ivanov ou Marco HF…

DANS LA MÊME RUBRIQUE

2 Comments

  1. Pingback: Horror par la Compagnie Stiching Pels - CRITICOMIQUE

  2. Pingback: Le gros diamant du prince Ludwig, mis en scène par Gwen Aduh - CRITICOMIQUE

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

15 + onze =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.