L’avaleur d’après Jerry Sterner, mise en scène de Robin Renucci

Cinq excellents comédiens réunis par Robin Renucci dans une pièce rythmée sur un thème actuel, la menace que fait peser le capital sur le travail… L’avaleur – comment ne pas entendre aussi la valeur ? – est la version française de Other’s people money de Jerry Sterner, qui montre comment une boite de câbles électriques de Cherbourg est minée par l’OPA hostile d’un trader de la city qui va racheter plus de la moitié de son capital.

Cette entreprise familiale, telle que les a décrites Michel Vinaver au théâtre, est composée du président fondateur bonhomme (Jean-Marie Winling), du directeur malin et bosseur qui sent venir le mauvais coup (Robin Renucci), de la secrétaire devenue la compagne du patron (Nadine Darmon), dont la fille, brillante avocate (Marilyne Fontaine), tente de les sauver en s’opposant au trader (Xavier Gallais).

Impossible de n’être pas touché par l’énergie, la vigueur, l’amusement communicatif de Xavier Gallais à jouer ce personnage de salaud complexe, obèse et séduisant. L’avaleur dévore tout : éclairs au caramel, entreprises, femmes. Son désir – à ne pas confondre avec ses besoins, nous explique-t-il – c’est l’argent, l’argent qui le fait frémir, bouillir, bander…

Certes, la pièce est didactique dans son explication des mécanismes de la prise de capital et des différentes méthodes pour y résister, mais elle n’est pas manichéenne, car elle détaille en finesse les ressorts psychologiques de chaque personnage. C’est un système global qui est mis en cause, plus que des individus.

La mise en scène n’est pas avare d’effets réussis, costumes colorés, perruques hilarantes, ou cet appel par Skype, même si on voit mal l’utilité d’une batterie en fond de scène… Un théâtre narratif direct et efficace qui fait réfléchir sur le monde d’aujourd’hui.

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

2 × un =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.