2e remise des Molaires de Kandidator

De même qu’une performance amateure conserve souvent les tics de la profession qu’elle imite, une parodie de Molières peut reproduire les défauts d’un cérémonial institué. Les Molaires, c’est la clôture d’une saison de Kandidator, une scène ouverte créée il y a deux ans par Laurent Violet et René-Marc Guedj, un routard de l’humour qui animait notamment le Trempoint du Point Virgule. Pour rappeler ce fait d’armes, le président de la soirée, Gérald Dahan, rend un hommage très appuyé à son mentor, au terme de presque trois heures d’une cérémonie répétitive alternant morceaux de sketchs et remises de prix. Oui, René-Marc a découvert Gérald au Trempoint alors qu’il avait 17 ans, et que s’y produisaient aussi Élie Kakou, Élie et Dieudonné ou Jean-Marie Bigard. Vingt ans après, Gérald Dahan passe le flambeau en produisant l’étonnant Max Bird, découvert à Kandidator et Molaire de la révélation masculine, impressionnant en dinosaure plus vrai que nature.

Sur scène, accompagnée de la pulpeuse Aurélie Bouquet – la fille de Jean-Pierre, ingénieur du son de son état dont on nous remet la carte au début de la soirée, avec le flyer de Swan Périssé, celui de Zazon (aperçue au BO St-Martin dans un show inachevé), et une feuille vantant le stage de théâtre des Feux de la Rampe -, René Marc Guedj accable d’éloges les lauréats, sans oublier de flatter ceux qui remettent les Molaires. Même l’hommage pourtant mérité à Xavier Jaillard, illustre membre de l’académie Alphonse Allais, est si enflé qu’on est mal à l’aise. A chaque remise de prix, un huissier costumé sort de la coulisse pour tendre les enveloppes avec des mines d’hésitation lubrique. Cette mécanique fonctionne une fois, deux fois, trois fois, mais on commence à s’en lasser dès la cinquième Molaire (la soirée en compte treize), sans compter les intermèdes joués ou chantés. La salle, d’une petite centaine de places, est composée d’une majorité de comédiens.

Après une ouverture bien sentie de Gérald Dahan improvisant un discours de président (Hollande), les humoristes et chanteurs de l’année Kandidator se succèdent, aussi bien pour recevoir des prix que pour les décerner. Parmi eux, certains tiennent l’affiche des Feux de la Rampe, comme Sélavie, Swann Périssé, l’excellent Frédéric Koster qui y jouera son deuxième one-man en septembre, Caroline Bal et Laura Laune qui proposent une « soirée blondes » le 15 juillet. Le poète slameur Grégoire Pellequer semble perdu au milieu de ces humoristes extravertis lorsqu’il lit un texte délirant sur son statut d’auteur.

Dans la mesure où chacun se laisse aller à son petit pétage de plombs, faisant mousser une bouteille de champ’, du shampoing ou des liquides colorés sur les spectateurs, la provocation semble souvent convenue. Avec ce sentiment paradoxal d’un groupe de stars en herbe à la fois solidaires et cherchant chacune à exister un peu plus que les autres… A la fin, le présentateur rappelle aux humoristes les plus fous qu’il faut nettoyer la salle.

Bref, la soirée s’éternise tant qu’on finit par oublier les bons moments, comme la chanson d’Adonis, quelques impros de René-Marc Guedj, le délire américain de Swann Périssé, les envolées atrabilaires de Gaëtan Matis, ou cette parodie par Aurélie Bouquet de Sara Forestier recevant un prix à Cannes pour Le Nom des gens. Pourtant, Kandidator évite si peu les écueils des cérémonies officielles qu’elle reste une soirée entre soi, prétexte à s’auto-promouvoir et à s’auto-congratuler.

Palmarès :
– Molaire de la chanson la + naze : PHILIPEPE
– Molaire de la comédienne la + mal foutue : Nadia CHIBANI
– Molaire du comique le + âgé : Nathan THIAM
– Molaire de la + belle garce : Caroline BAL
– Molaire du poème dont on se branle : Grégoire PELLEQUER
– Molaire de la Révélation féminine : Swann PERISSE
– Molaire de l’Artiste qui ne se lave jamais : MARIN
– Molaire de l’Artiste qui crache sur la terre entière : Gaëtan MATIS
– Molaire du meilleur animateur : Aurélie BOUQUET
– Molaire du chanteur que personne ne connaît : REPRIS DE JUSTESSE
– Molaire de la comédienne la mieux gaulée : ZAZON
– Molaire de la Révélation Masculine : Max BIRD
– MOLAIRE D’HONNEUR : Xavier JAILLARD
– PRESIDENT DE LA SOIREE : Gérald DAHAN

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

trois × 3 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.