Les pompières poétesses

  • De Juliette Allauzen. Mise en scène Romain Puyuelo. Avec en alternance Juliette Allauzen, Delphine Biard, Emilie Chevrillon, Sophie Plattner
  • Spectacle vu le 20 septembre 2014 à
  • Réserver sur liens Fnac

La déclamation de poèmes sur scène dans une forme guillerette et un peu désuète est une tradition cabaretière ancrée dans la capitale. Ainsi, cette Balade parisienne vue au Ranelagh. C’est le Poche Montparnasse que les Pompières poétesses investissent pour se livrer à l’exercice, soit quatre comédiennes jouant en alternance, en tandem, un florilège de poésies classiques ou contemporaines. Ce soir de première, le « duo festif et fantasque » est incarné par Juliette Allauzen et Émilie Chevrillon, qu’on avait vue dans un montage de Ionesco très vivifiant.

L’idée des Pompières poétesses est venue à Juliette Allauzen en apprenant que le ministère de la Culture et celui de la Santé se réunissaient pour créer des événements. On pourrait filer des métaphores sur ces pompières chargées d’allumer l’étincelle poétique dans le cœur de chaque spectateur. Comme dans les spectacles de clown, la scène est limitée par des plots, des « balises de sécurité » puisqu’il s’agit de se protéger d’un feu verbal étincelant et crépitant. Résultat ? Une sélection de poèmes ou d’extraits poétiques dont l’enchaînement est en partie prévu et en partie déterminé par le hasard, puisque les comédiennes demandent aux spectateurs de tirer des cartes pour choisir le prochain poème. Par moments, elles commentent le nom d’un poète, glissent un mot d’esprit ou entonnent une chanson (et même un rap !), quand elles ne jouent pas du piano et du violon.

Il est toujours bon d’entendre interpréter Rimbaud, Baudelaire ou Marina Tsvetaïeva par des acteurs qui savent dirent les vers. Émilie Chevrillon passe sans ciller du registre solennel, lorsqu’elle lit tel passage de Rilke, au populaire, tout comme Juliette Allauzen récite un Gaston Coûté gouailleur, et ses qualités de clown font mouche auprès des enfants comme des adultes. Il n’y a rien de vraiment nouveau dans ce show sans doute plus amusant que foudroyant… Mais l’objectif des Pompières-Poétesses est atteint : diffuser la poésie avec fantaisie, à l’heure où elle n’est pas lue – ou si peu.

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

dix-sept − 10 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.